Poetry.net »

Search results for: commence

Yee yee! We've found 130 poems matching commence.

Grandfather Bridgeman
George Meredith
with culprit footsteps. Her punishment was to commence: The pity in her pale visage they read in aRate it:

(0.00 / 0 votes)
Hesiod: or, The Rise of Woman
Thomas Parnell
as the ladies please; I wave the contest, and commence the lays. In days of yore (no matter what Rate it:

(0.00 / 0 votes)
Horror
Victor Marie Hugo
immense, L'invisible escalier des ténèbres commence ; Peut-être, ô pâles échappés, Quand vous montRate it:

(0.00 / 0 votes)
How Could You Ever Call
Nikhil Parekh
dictionary; just because it was used to commence many words of the oligarchic English language? HRate it:

(0.00 / 0 votes)
How Lucy Backslid
Paul Laurence Dunbar
de flo' Lak a feddah f'om a bedtick w'en de win' commence to blow. Soon ez Tildy see de trouble, sRate it:

(0.00 / 0 votes)
Hurrah For The Light Artillery!
Anonymous Americas
glee, They rush for the light artillery. 'Commence firing!' Hurrah! Hurrah! our bulldogs bark, Rate it:

(0.00 / 0 votes)
I Spoke Allah
Nikhil Parekh
RUN; when my friend was just about to commence the race; the bellicose pistol shots punctured stillRate it:

(0.00 / 0 votes)
Idyll
Johann Wolfgang von Goethe
Chorus is supposed to be assembled, and about to commence its festive procession. [Written for theRate it:

(0.00 / 0 votes)
Inscription
Walt Whitman
whoe'er you are, at last arriving hither to commence, I feel through every leaf the pressuRate it:

(0.00 / 0 votes)
Je ne veux condamner personne, ô sombre histoire
Victor Marie Hugo
glacial consterne l'horizon ; Parfois le jour commence avec un tel frisson Que le soleil levant sRate it:

(0.00 / 0 votes)
Je suis un pâle enfant du vieux Paris...
François Coppée
éternel. Le sombre azur du ciel s'épaissit. Je commence A distinguer des bruits dans ce murmure immRate it:

(0.00 / 0 votes)
L'amour maternel
Rene Francois Armand Prudhomme
au moindre appel, Qui de nous peut dire où commence, Où finit l'amour maternel ? Il n'attend pas qRate it:

(0.00 / 0 votes)
La Grande Chartreuse
Rene Francois Armand Prudhomme
mes pas ; J'ai connu la cellule, où le calme commence, D'où le monde nous semble une mêlée immense Rate it:

(0.00 / 0 votes)
La Jeune Captive
Andre Marie de Chenier
'L'épi naissant mûrit de la faux respecté; Sans crainte du pressoir, le pampre tout l'été Boit les doux présents de l'aurore; Et moi, comme lui bel...Rate it:

(0.00 / 0 votes)
La reine du bal
Rene Francois Armand Prudhomme
Oui, je sais qu'elle est la plus belle, La reine du bal, je le sais ; Mais je suis un vaincu rebelle, Je ne la servirai jamais. Que pour la contem...Rate it:

(0.00 / 0 votes)
Le Chant du coq
Maurice Rollinat
sur le chaume. Or la nuit qui jamais ne chôme Commence à faire son tricot. Rouge comme un coquelicRate it:

(0.00 / 0 votes)
Le Grenier
William Makepeace Thackeray
est vainqueur. Le canon gronde; un autre chant commence; Nous celebrons tant de faits eclatans. LesRate it:

(0.00 / 0 votes)
Le Vieux Haineux
Maurice Rollinat
est amour, tendresse, oubli, calme ! Il commence À subir peu à peu cet entour de clémence ; ToujouRate it:

(0.00 / 0 votes)
Le volubilis
Rene Francois Armand Prudhomme
Toi qui m'entends sans peur te parler de la mort, Parce que ton espoir te promet qu'elle endort Et que le court sommeil commencé dans son ombre S'a...Rate it:

(0.00 / 0 votes)
Les collines
Guillaume Apollinaire
qui nous rejoignent Rien n'y finit rien n'y commence Regarde la bague à ton doigt Temps des désertsRate it:

(0.00 / 0 votes)
Les genêts
Maurice Rollinat
sa dernière haleine. Or, dans ces fonde où l'on commence A voir, des buissons aux rochers, Des fRate it:

(0.00 / 0 votes)
Les Genêts
Maurice Rollinat
sa dernière haleine. Or, dans ces fonde où l’on commence À voir, des buissons aux rochers, Des filRate it:

(0.00 / 0 votes)
Les Grives
Maurice Rollinat
moins souple de la queue Annonce que leur vin commence à fermenter. On dirait maintenant de mauvaiRate it:

(0.00 / 0 votes)
Lines Suggested By The Fourteenth Of February - II
Charles Stuart Calverley
my members On a stray chair, and then and there Commence a Valentine. Yea! by St. Valentinus, EmmaRate it:

(0.00 / 0 votes)
Lonesome
Paul Laurence Dunbar
tell my eyes begin to swim, An' things aroun' commence to look all blurred an' faint an' dim. Well,Rate it:

(0.00 / 0 votes)

We need you!

Help us build the largest human-edited poetry collection on the web!