Poetry.net »

Search results for: alors

Yee yee! We've found 201 poems matching alors.

C'était alors que le présent des dieux
Joachim du Bellay
C'était alors que le présent des dieux Plus doucement s'écoule aux yeux de l'homme, Faisant noyer dedans l'oubli du somme Tout le souci du jour lab...Rate it:

(0.00 / 0 votes)
Dicté en présence du glacier du Rhône
Victor Marie Hugo
une rosée, Le ramasse et l'enlève aux cieux. Alors, nuage errant, ma haute poésie Vole capricieuRate it:

(0.00 / 0 votes)
Le Corbeau
Maurice Rollinat
frapper tout doucement Chez moi. Je dis alors, bâillant, d’une voix morte : « C’est quelque visiteuRate it:

(0.00 / 0 votes)
L'action
Emile Verhaeren
encore, Durant la nuit, jusqu'à l'aurore, Alors déjà qu'elle est debout, au seuil Doux et serein Rate it:

(0.00 / 0 votes)
La Confidence
Maurice Rollinat
vais t’aimer plus encor ! « Que pour toujours alors, poète qui m’embrases, « La fleur de l’idéal emRate it:

(0.00 / 0 votes)
Quand cette belle fleur premièrement je vis
Joachim du Bellay
Ignorants, vicieux et méchants à l'envi : Alors, Forget, alors cette erreur ancienne, Qui n'avaiRate it:

(0.00 / 0 votes)
LE SANG DE MARSYAS
Henri de Regnier
qu’une corne. Il n’aimait pas Marsyas. Ce fut alors Qu’Apollon, traversant le pays d’Arcadie, S’arRate it:

(4.00 / 1 vote)
A Marie-Anne-Charlotte Corday
Andre Marie de Chenier
servile, et fécond en outrage, Et qui se croit alors et libre et souverain. La vertu seule est liRate it:

(0.00 / 0 votes)
Amis, un dernier mot!
Victor Marie Hugo
Se vautre sur la vierge étendue au tombeau ; Alors, oh ! je maudis, dans leur cour, dans leur antRate it:

(0.00 / 0 votes)
Canaris
Victor Marie Hugo
dont le ventre flottant Argente l'onde verte ; Alors gloire au vainqueur ! Son grappin noir s'abatRate it:

(0.00 / 0 votes)
Depuis quatre mille ans il tombait dans l'abîme
Victor Marie Hugo
loin, mais ils brillaient toujours. La foudre alors gronda dans les cieux froids et sourds, Satan Rate it:

(0.00 / 0 votes)
Domestique de peintre
Maurice Rollinat
balayer sa chambre et ranger dans les coins ? Alors, i’ s’fâch’ tout roug’, disant : « Q’ya pas besRate it:

(0.00 / 0 votes)
Fumant Dans Le Cristal
Andre Marie de Chenier
qu'armés de la philosophie, Oubliant le plaisir alors qu'il nous oublie, La science nous offre un uRate it:

(0.00 / 0 votes)
Hommage
Emile Verhaeren
verts des lionceaux. Ton sang était le leur, alors qu'au crépuscule, Sous tel astre mordant de soRate it:

(0.00 / 0 votes)
J'aime le souvenir de ces époques nues (I Love The Naked Ages Long Ago)
Charles Baudelaire
Phoebus se plaisait à dorer les statues. Alors l'homme et la femme en leur agilité Jouissaient sansRate it:

(0.00 / 0 votes)
L'Amante macabre
Maurice Rollinat
Dans le même sépulcre et sous la même pierre. « Alors, de chauds désirs inconnus aux défunts « ChaRate it:

(0.00 / 0 votes)
L'ancienne gloire
Emile Verhaeren
ceux qui sortaient des combats, Apparaissaient alors Comme un arrière immense de galère. D'entre leRate it:

(0.00 / 0 votes)
L'arbre
Emile Verhaeren
jette un cri immensément tendu Vers l'avenir. Alors, avec des rais de pluie et de lumière, Il frôRate it:

(0.00 / 0 votes)
La Course
Henri de Regnier
qu’ici... Puis le soir vient et je suis seul alors dans l’ombre Et je ferme les yeux... Alors : IRate it:

(0.00 / 0 votes)
La Femme stérile
Maurice Rollinat
Le callipyge de ses formes. Voilà ce qu’elle dit alors au père Pierre En train de casser de Rate it:

(0.00 / 0 votes)
La Fille amoureuse
Maurice Rollinat
Lise, Eh ben ! mon cœur qui s’ennuyait Jamais alors n’ fut plus inquiet Qu’ent’ les cierg’ et l’encRate it:

(0.00 / 0 votes)
La Laveuse
Maurice Rollinat
« Cette sépulcrale inconnue ? » Et je m’arrête alors, pensif et répétant, Au milieu du brouillardRate it:

(0.00 / 0 votes)
La Mare aux grenouilles
Maurice Rollinat
de plantes aquatiques, Elle est rasée alors par les merles siffleurs. Aux saules, aux gazons que lRate it:

(0.00 / 0 votes)
Le chant de l'eau
Emile Verhaeren
et l'assèche. Mais néanmoins, oui, même alors En ses anses, sous les broussailles Elle tressaille ERate it:

(0.00 / 0 votes)
Le Chat
Maurice Rollinat
humer les parfums qu’y laisse mon amante. Alors il se pourlèche, il ronronne et miaule, Et quand iRate it:

(0.00 / 0 votes)

We need you!

Help us build the largest human-edited poetry collection on the web!