La Chronique Ascendante des Ducs de Normandie

Mil chent et soisante anz out de temps et d'espace
puiz que Dex en la Virge descendi par sa grace,
quant un clerc de Caen, qui out non Mestre Vace,
s'entremist de l'estoire de Rou et de s'estrasce,
qui conquist Normendie, qui qu'en poist ne qui place,
contre l'orgueil de France, qui encor les menasce,
que nostre roi Henri la congnoissë et sace.
Qui gaires n'a de rentes ne gaires n'en porcache ;
mez avarice a frait a largesce sa grace,
ne peut lez mainz ouvrir, plus sont gelez que glace, .
ne sai ou est reposte, ne truiz train ne trace;
qui ne soit losengier ne encort liu ne place,
a plusors i fait on la cue lovinace.
Ce ne fu mie el temps Virgile ne Orace
ne el temps Alixandre ne Cesar ne Estace,
lores avoit largesce vertu et efficace.
Du roi Henri voil faire ceste premiere page,
qui prist Alianor, dame de haut parage,
Dex doinst a ambedeuls de bien faire courage!
Ne me font mie rendre a la court le musage,
de dons et de pramesses chascun d' euls m' asouage ;
mez besoing vient souvent qui tost sigle et tost nage,
et souvent me fait meitre le denier et le gage.
France est Alienor et debonnaire et sage ;
roÿne fu de France en son premier aage,
Looÿs l' espousa qui out grant mariage;
en Jerusalem furent en lonc pelerinage,
assez y traist chescun travail et ahanage,
Quant reparriez s' en furent, par conseil du barnage
s' em parti la roÿne o riche parentage;
de cele departie n'out elle nul damage ;
a Poitiers s'en ala, son naturel manage,
n'i out plus prochain heir qu'el fu de son lignage.
Li roiz Henri la prist o riche mariage,
cil qui tint Engleterre et la terre marage
entre Espaingne et Escosce, de rivage en rivage ;
grant parole est de lui et de son vasselage,
des felons qu'il destraint comme oysel clos en cage ;
n' a baron en sa terre o si grant herbergage
qui ost le pais enfraindre em plein ne en boscage,
se il peut estre ataint, n'et des membres hontage,
ou qu'il n'i lest le cors ou l' ame en ostage.

La geste voil de Rou et dez Normanz conter,
lors faiz et lor proësce doi je bien recorder.
Les boisdies de France ne font mie a celer,
tout tens voudrent Franchoiz Normanz desheriter
et tout tens se penerent d' euls vaincre et d'els grever,
et quant Franceiz nes porent par force sormonter
par plusors tricheries lez soulent agraver ;
forslignié sont dont l' en souloit chanter,
faux sont et souduianz, nuz ne s'i doit fier;
d'avoir sont covoiteuz, n'en nes peut avonder,
de doner sont escars et demandent aver.
Es estoires peut on et es livres trover
qu' onques Francheiz ne voudrent as Normans foi porter,
ne por fiance faire ne por sur sainz jurer;
nepoureuc bien lez seullent lez Normanz refrener,
non pas par traïsons mez par granz cops donner.
Se lez Franceiz pooient lor pensez achever,
ja li roiz d'Engleterre n'avrait rienz decha mer,
a honte l'en feroient, s'il pooient, passer-
Au siege de Roem le cuiderent gaber;
s'il le peüssent prendre ou par force enz entrer
tout temps mez li feïssent par eschar reprover,
mez quant Henri y vint n'i ouserent ester
ne il n'i peüssent mie asseür sejorner.
Par nostre novel roi, qui roi ne peut regner,
cuiderent Normendie toute prendre ou gaster.
lez fiz mesconseillierent por le pere encombrer.
Donc voïssiez Henri par cez marches haster,
de l'une tere a l'autre et venir et aler,
trois jornees ou plus en un soul jour errer ;
ceu cuidoient sa gent que il deüst voler.
Ne puiz les chevaliers qu'il out prisons nombrer,
en aneaux et en buies les fist enchaiener
mez nes vout, tant fu noble, pendre ne dezmembrer.
Li baronz de la terre, mez je nes voil nombrer,
qui le fiz vers le pere firent deznaturer
et le pere et le fiz firent entremeller,
le pere pour le fiz voudrent deshonorer.
dez gaaings qu'il i firent ne se pourent vanter,
s' il vouloient lor pertes provoier et esmer,
jamez en lor aé nel porront restorer,
ne lor fiz ne lor filles nes porront estorer.
Lor vingnes et lor boiz fist li roiz estreper
et lor maisons ardoir et lor chasteaux gaster,
de lor gaaing ne poent fors lor honte monstrer ;
bien lor vient s'il lor poent par itant eschaper.
Laist Henri dez Franceiz le venir et l' aler,
par messages parrout, de loing les face ester;
mout li vont a engin, Dex l' en doinst bien garder,
tel envie ont de li qu'il nel poent amer,
volentiers le feroient le blanc el noir muer;
mez Henri est tant sage, tant puissant et tant ber,
tant a terres, tant viles, tant peut hommes mander,
Loeïs et les suenz peut il faire trembler. Rate this poem:(0.00 / 0 votes)
52 Views

Translation

Find a translation for this poem in other languages:

Select another language:

  • - Select -
  • 简体中文 (Chinese - Simplified)
  • 繁體中文 (Chinese - Traditional)
  • Español (Spanish)
  • Esperanto (Esperanto)
  • 日本語 (Japanese)
  • Português (Portuguese)
  • Deutsch (German)
  • العربية (Arabic)
  • Français (French)
  • Русский (Russian)
  • ಕನ್ನಡ (Kannada)
  • 한국어 (Korean)
  • עברית (Hebrew)
  • Український (Ukrainian)
  • اردو (Urdu)
  • Magyar (Hungarian)
  • मानक हिन्दी (Hindi)
  • Indonesia (Indonesian)
  • Italiano (Italian)
  • தமிழ் (Tamil)
  • Türkçe (Turkish)
  • తెలుగు (Telugu)
  • ภาษาไทย (Thai)
  • Tiếng Việt (Vietnamese)
  • Čeština (Czech)
  • Polski (Polish)
  • Bahasa Indonesia (Indonesian)
  • Românește (Romanian)
  • Nederlands (Dutch)
  • Ελληνικά (Greek)
  • Latinum (Latin)
  • Svenska (Swedish)
  • Dansk (Danish)
  • Suomi (Finnish)
  • فارسی (Persian)
  • ייִדיש (Yiddish)
  • հայերեն (Armenian)
  • Norsk (Norwegian)
  • English (English)

Discuss this Wace poem with the community:

Citation

Use the citation below to add this poem to your bibliography:

Style:MLAChicagoAPA

"La Chronique Ascendante des Ducs de Normandie" Poetry.net. STANDS4 LLC, 2020. Web. 1 Apr. 2020. <https://www.poetry.net/poem/37875/la-chronique-ascendante-des-ducs-de-normandie>.

We need you!

Help us build the largest poetry community and poems collection on the web!

Our favorite collection of

Famous Poets

»

Thanks for your vote! We truly appreciate your support.