Aux arbres

Arbres de la forêt, vous connaissez mon âme!
Au gré des envieux, la foule loue et blâme ;
Vous me connaissez, vous! - vous m'avez vu souvent,
Seul dans vos profondeurs, regardant et rêvant.
Vous le savez, la pierrecourt un scarabée,
Une humble goutte d'eau de fleur en fleur tombée,
Un nuage, un oiseau, m'occupent tout un jour.
La contemplation m'emplit le coeur d'amour.
Vous m'avez vu cent fois, dans la vallée obscure,
Avec ces mots que dit l'esprit à la nature,
Questionner tout bas vos rameaux palpitants,
Et du même regard poursuivre en même temps,
Pensif, le front baissé, l'oeil dans l'herbe profonde,
L'étude d'un atome et l'étude du monde.
Attentif à vos bruits qui parlent tous un peu,
Arbres, vous m'avez vu fuir l'homme et chercher Dieu!
Feuilles qui tressaillez à la pointe des branches,
Nids dont le vent au loin sème les plumes blanches,
Clairières, vallons verts, déserts sombres et doux,
Vous savez que je suis calme et pur comme vous.
Comme au ciel vos parfums, mon culte à Dieu s'élance,
Et je suis plein d'oubli comme vous de silence!
La haine sur mon nom répand en vain son fiel ;
Toujours, - je vous atteste, ô bois aimés du ciel! -
J'ai chassé loin de moi toute pensée amère,
Et mon coeur est encor tel que le fit ma mère!

Arbres de ces grands bois qui frissonnez toujours,
Je vous aime, et vous, lierre au seuil des autres sourds,
Ravins où l'on entend filtrer les sources vives,
Buissons que les oiseaux pillent, joyeux convives!
Quand je suis parmi vous, arbres de ces grands bois,
Dans tout ce qui m'entoure et me cache à la fois,
Dans votre solitude où je rentre en moi-même,
Je sens quelqu'un de grand qui m'écoute et qui m'aime!
Aussi, taillis sacrés où Dieu même apparaît,
Arbres religieux, chênes, mousses, forêt,
Forêt! c'est dans votre ombre et dans votre mystère,
C'est sous votre branchage auguste et solitaire,
Que je veux abriter mon sépulcre ignoré,
Et que je veux dormir quand je m'endormirai.

Rate this poem:(0.00 / 0 votes)
French French
121 Views

Translation

Find a translation for this poem in other languages:

Select another language:

  • - Select -
  • Chinese - Simplified 简体中文 (Chinese - Simplified)
  • Chinese - Traditional 繁體中文 (Chinese - Traditional)
  • Spanish Español (Spanish)
  • Esperanto Esperanto (Esperanto)
  • Japanese 日本語 (Japanese)
  • Portuguese Português (Portuguese)
  • German Deutsch (German)
  • Arabic العربية (Arabic)
  • French Français (French)
  • Russian Русский (Russian)
  • Kannada ಕನ್ನಡ (Kannada)
  • Korean 한국어 (Korean)
  • Hebrew עברית (Hebrew)
  • Ukrainian Український (Ukrainian)
  • Urdu اردو (Urdu)
  • Hungarian Magyar (Hungarian)
  • Hindi मानक हिन्दी (Hindi)
  • Indonesian Indonesia (Indonesian)
  • Italian Italiano (Italian)
  • Tamil தமிழ் (Tamil)
  • Turkish Türkçe (Turkish)
  • Telugu తెలుగు (Telugu)
  • Thai ภาษาไทย (Thai)
  • Vietnamese Tiếng Việt (Vietnamese)
  • Czech Čeština (Czech)
  • Polish Polski (Polish)
  • Indonesian Bahasa Indonesia (Indonesian)
  • Romanian Românește (Romanian)
  • Dutch Nederlands (Dutch)
  • Greek Ελληνικά (Greek)
  • Latin Latinum (Latin)
  • Swedish Svenska (Swedish)
  • Danish Dansk (Danish)
  • Finnish Suomi (Finnish)
  • Persian فارسی (Persian)
  • Yiddish ייִדיש (Yiddish)
  • Armenian հայերեն (Armenian)
  • Norwegian Norsk (Norwegian)
  • English English (English)

Discuss this Victor Marie Hugo poem with the community:

Citation

Use the citation below to add this poem to your bibliography:

Style:MLAChicagoAPA

"Aux arbres" Poetry.net. STANDS4 LLC, 2019. Web. 14 Dec. 2019. <https://www.poetry.net/poem/37630/aux-arbres>.

We need you!

Help us build the largest poetry community and poems collection on the web!

Our favorite collection of

Famous Poets

»

Thanks for your vote! We truly appreciate your support.