Abîme - L'Homme

Je suis l'esprit, vivant au sein des choses mortes.
Je sais forger les clefs quand on ferme les portes ;
Je fais vers le désert reculer le lion ;
Je m'appelle Bacchus, Noé, Deucalion ;
Je m'appelle Shakspeare, Annibal, César, Dante ;
Je suis le conquérant ; je tiens l'épée ardente,
Et j'entre, épouvantant l'ombre que je poursuis,
Dans toutes les terreurs et dans toutes les nuits.
Je suis Platon, je vois ; je suis Newton, je trouve.
Du hibou je fais naître Athène, et de la louve
Rome ; et l'aigle m'a dit : Toi, marche le premier !
J'ai Christ dans mon sépulcre et Job sur mon fumier.
Je vis ! dans mes deux mains je porte en équilibre
L'âme et la chair ; je suis l'homme, enfin maître et libre !
Je suis l'antique Adam ! j'aime, je sais, je sens ;
J'ai pris l'arbre de vie entre mes poings puissants ;
Joyeux, je le secoue au-dessus de ma tête,
Et, comme si j'étais le vent de la tempête,
J'agite ses rameaux d'oranges d'or chargés,
Et je crie : ' Accourez, peuples ! prenez, mangez ! '
Et je fais sur leurs fronts tomber toutes les pommes ;
Car, science, pour moi, pour mes fils, pour les hommes,
Ta sève à flots descend des cieux pleins de bonté,
Car la Vie est ton fruit, racine Éternité !
Et tout germe, et tout croît, et, fournaise agrandie,
Comme en une forêt court le rouge incendie,
Le beau Progrès vermeil, l'oeil sur l'azur fixé,
Marche, et tout en marchant dévore le passé.
Je veux, tout obéit, la matière inflexible
Cède ; je suis égal presque au grand Invisible ;
Coteaux, je fais le vin comme lui fait le miel ;
Je lâche comme lui des globes dans le ciel.
Je me fais un palais de ce qui fut ma geôle ;
J'attache un fil vivant d'un pôle à l'autre pôle ;
Je fais voler l'esprit sur l'aile de l'éclair ;
Je tends l'arc de Nemrod, le divin arc de fer,
Et la flèche qui siffle et la flèche qui vole,
Et que j'envoie au bout du monde, est ma parole.
Je fais causer le Rhin, le Gange et l'Orégon
Comme trois voyageurs dans le même wagon.
La distance n'est plus. Du vieux géant Espace
J'ai fait un nain. Je vais, et, devant mon audace,
Les noirs titans jaloux lèvent leur front flétri ;
Prométhée, au Caucase enchaîné, pousse un cri,
Tout étonné de voir Franklin voler la foudre ;
Fulton, qu'un Jupiter eût mis jadis en poudre,
Monte Léviathan et traverse la mer ;
Galvani, calme, étreint la mort au rire amer ;
Volta prend dans ses mains le glaive de l'archange
Et le dissout ; le monde à ma voix tremble et change ;
Caïn meurt, l'avenir ressemble au jeune Abel ;
Je reconquiers Éden et j'achève Babel.
Rien sans moi. La nature ébauche ; je termine.
Terre, je suis ton roi.

Rate this poem:(0.00 / 0 votes)
French French
49 Views

Translation

Find a translation for this poem in other languages:

Select another language:

  • - Select -
  • Chinese - Simplified 简体中文 (Chinese - Simplified)
  • Chinese - Traditional 繁體中文 (Chinese - Traditional)
  • Spanish Español (Spanish)
  • Esperanto Esperanto (Esperanto)
  • Japanese 日本語 (Japanese)
  • Portuguese Português (Portuguese)
  • German Deutsch (German)
  • Arabic العربية (Arabic)
  • French Français (French)
  • Russian Русский (Russian)
  • Kannada ಕನ್ನಡ (Kannada)
  • Korean 한국어 (Korean)
  • Hebrew עברית (Hebrew)
  • Ukrainian Український (Ukrainian)
  • Urdu اردو (Urdu)
  • Hungarian Magyar (Hungarian)
  • Hindi मानक हिन्दी (Hindi)
  • Indonesian Indonesia (Indonesian)
  • Italian Italiano (Italian)
  • Tamil தமிழ் (Tamil)
  • Turkish Türkçe (Turkish)
  • Telugu తెలుగు (Telugu)
  • Thai ภาษาไทย (Thai)
  • Vietnamese Tiếng Việt (Vietnamese)
  • Czech Čeština (Czech)
  • Polish Polski (Polish)
  • Indonesian Bahasa Indonesia (Indonesian)
  • Romanian Românește (Romanian)
  • Dutch Nederlands (Dutch)
  • Greek Ελληνικά (Greek)
  • Latin Latinum (Latin)
  • Swedish Svenska (Swedish)
  • Danish Dansk (Danish)
  • Finnish Suomi (Finnish)
  • Persian فارسی (Persian)
  • Yiddish ייִדיש (Yiddish)
  • Armenian հայերեն (Armenian)
  • Norwegian Norsk (Norwegian)
  • English English (English)

Discuss this Victor Marie Hugo poem with the community:

Citation

Use the citation below to add this poem to your bibliography:

Style:MLAChicagoAPA

"Abîme - L'Homme" Poetry.net. STANDS4 LLC, 2019. Web. 21 Sep. 2019. <https://www.poetry.net/poem/37604/abîme---l'homme>.

We need you!

Help us build the largest poetry community and poems collection on the web!

Our favorite collection of

Famous Poets

»

Thanks for your vote! We truly appreciate your support.