Le Lutin

Par un soir d’hiver triste et bien de circonstance,
Un homme encor tout jeune et tout blanc de cheveux,
En ces termes, devant le plus claquant des feux,
Raconta le Lutin nié par l’assistance :

 C’est pas à vous autr’, c’est certain !
Fit-il, parlant d’une manière
À la fois nette et singulière
Qu’apparaîtra jamais l’Lutin !

  Pour ça, chez eux, par monts, par vaux,
  Partageant leur travail, leur trêve,
  Témoin d’leur sommeil et d’leur rêve,
  Faut tout l’temps vivre avec les ch’vaux !

  C’malin cavalier des Enfers
  R’cherche l’ravineux d’un’ prairie,
  L’retiré d’un’ vieille écurie,
  Un’ nuit lourde avec des éclairs.

  Moi, si j’ai pu l’voir de mon coin
  Comme j’vous vois d’vant c’te ch’minée,
  C’est qu’ tout’ les nuits, plus d’une année,
  Près d’mes bêt’ j’ai couché dans l’foin.

  Voici, soupira l’étranger,
  Articulant presque à voix basse,
  C’que dans une écurie y s’passe
  Quand c’démon-là vient s’y loger.

  C’est la plein’ nuit ! L’ciel orageux,
  Qui brouille encor sa mauvais’ lune,
  N’jette aux carreaux qu’un’ lumièr’ brune
  Comm’ cell’ des fonds marécageux.

  Vous êt’s là tout seul contr’ vos ch’vaux
  Qui dress’ en fac’ de la mangeoire
  Leur grand’ form’ rougeâtr’, blanche et noire,
  L’jarret coudé sur leurs sabots.

  Des fois, des tap’ments d’pieds mordant
  L’pavé sec du bout d’leur ferraille,
  L’broiement du foin, d’l’herbe ou d’la paille
  Sous la meule égale des dents.

  Mais, c’est si pareill’ment pareil,
  Si toujours tout l’temps la mêm’ chose
  Qu’au lieu d’vous fatiguer ça r’pose,
  Ça berc’ l’ennui, l’songe et l’sommeil.

  À part ça, tout s’tait dans la nuit...
  L’vrai silence des araignées
  Qui, bien qu’toujours embesognées,
  Trouv’ moyen d’travailler sans bruit.

  Là donc, au-d’sus — autour de vous,
  Vous r’gardez leurs longu’ toil’ qui pendent...
  À pein’ si vos oreill’ entendent
  L’tonnerre au loin, grondant très doux.

  Subit’ment, sans qu’ça s’soit trahi
  Par quéqu’ chos’ qui craque ou qui sonne
  Entr’ le Lutin !... un’ p’tit’ personne,
  Qui pousse un rir’ bref... Hi-hi-hi !

  Rien n’s’ouvre au moment qu’i’ paraît :
  F’nêtr’, port’, plafond, rien n’se déferme,
  Comm’ si l’vent qu’en apport’rait l’germe
  L’engendrait là d’un coup d’secret.

  Mais, sitôt entré, qu’ça descend
  Dans l’écurie une vapeur rouge,
  Où peureus’ment les chos’ qui bougent
  Ont l’air de trembler dans du sang.

  C’est tout nabot — v’lu comme un chien
  Et d’une paraissanc’ pas obscure,
  Puisqu’on n’perd rien d’sa p’tit’ figure
  Qu’est censément fac’ de chrétien.

  Toujours, avec son rir’ de vieux,
  Il rôde avant de s’mettre à l’œuvre,
  Dressant deux cornes en couleuvre
  Qui r’luis’ aux flamm’ de ses p’tits yeux.

  Brusque, en l’air vous l’voyez marcher...
  Sans aile il y vol’ comme un’ chouette...
  S’tient sus l’vide après chaqu’ pirouette
  Comm’ s’i’ r’tombait sur un plancher.

  Et le Lutin fait ses sabbats,
  Faut qu’i’ r’gard’ tout, qu’i’ sent’, qu’i’ touche,
  Court les murs avec ses pieds d’mouche,
  Glisse au plafond la tête en bas.

  Maint’nant, au travail ! Comme un fou
  Vers les ch’vaux le voilà qui file,
  À tous leur nouant à la file
  Les poils de la tête et du cou.

  Dans ces crins tordus et vrillés
  Va comme un éclair sa main grêle,
  Dans chaqu’ crinière qu’il emmêle
  Il se façonn’ des étriers.

  Puis, tel que ceux du genre humain,
  L’une après l’autre, i’ mont’ chaqu’ bête,
  À ch’val sur l’cou — tout près d’la tête,
  En t’nant un’ oreill’ de chaqu’ main.

  Alors, i’s’fait un’ grand’ clarté
  Au milieu de c’te lumièr’ trouble...
  L’mauvais rir’ du Lutin redouble,
  Et ça rit de tous les côtés.

  Son rir’ parle — on l’entend glapir :
  « Hop ! hop ! » Les ch’vaux galop’ sur place,
  Mais roid’ comm’ s’ils étaient en glace
  Et sans autr’ bruit qu’un grand soupir.

  Et tandis qu’une à une, alors,
  Leurs gross’ larm’ lourdement s’égrènent...
  On voit — les sueurs vous en prennent
  Danser ces ch’vaux qui paraiss’nt morts.

  Puis, comm’ c’était v’nu ça s’en va.
  L’écurie en mêm’ temps s’rassure :
  Tout’ la ch’valin’ remâche en
Rate this poem:(0.00 / 0 votes)
French French
42 Views

Translation

Find a translation for this poem in other languages:

Select another language:

  • - Select -
  • Chinese - Simplified 简体中文 (Chinese - Simplified)
  • Chinese - Traditional 繁體中文 (Chinese - Traditional)
  • Spanish Español (Spanish)
  • Esperanto Esperanto (Esperanto)
  • Japanese 日本語 (Japanese)
  • Portuguese Português (Portuguese)
  • German Deutsch (German)
  • Arabic العربية (Arabic)
  • French Français (French)
  • Russian Русский (Russian)
  • Kannada ಕನ್ನಡ (Kannada)
  • Korean 한국어 (Korean)
  • Hebrew עברית (Hebrew)
  • Ukrainian Український (Ukrainian)
  • Urdu اردو (Urdu)
  • Hungarian Magyar (Hungarian)
  • Hindi मानक हिन्दी (Hindi)
  • Indonesian Indonesia (Indonesian)
  • Italian Italiano (Italian)
  • Tamil தமிழ் (Tamil)
  • Turkish Türkçe (Turkish)
  • Telugu తెలుగు (Telugu)
  • Thai ภาษาไทย (Thai)
  • Vietnamese Tiếng Việt (Vietnamese)
  • Czech Čeština (Czech)
  • Polish Polski (Polish)
  • Indonesian Bahasa Indonesia (Indonesian)
  • Romanian Românește (Romanian)
  • Dutch Nederlands (Dutch)
  • Greek Ελληνικά (Greek)
  • Latin Latinum (Latin)
  • Swedish Svenska (Swedish)
  • Danish Dansk (Danish)
  • Finnish Suomi (Finnish)
  • Persian فارسی (Persian)
  • Yiddish ייִדיש (Yiddish)
  • Armenian հայերեն (Armenian)
  • Norwegian Norsk (Norwegian)
  • English English (English)

Discuss this Maurice Rollinat poem with the community:

Citation

Use the citation below to add this poem to your bibliography:

Style:MLAChicagoAPA

"Le Lutin" Poetry.net. STANDS4 LLC, 2019. Web. 22 Nov. 2019. <https://www.poetry.net/poem/27737/le-lutin>.

We need you!

Help us build the largest poetry community and poems collection on the web!

Our favorite collection of

Famous Poets

»

Thanks for your vote! We truly appreciate your support.