N'étant de mes ennuis la fortune assouvie

N'étant de mes ennuis la fortune assouvie,
Afin que je devinsse à moi-même odieux,
M'ôta de mes amis celui que j'aimais mieux,
Et sans qui je n'avais de vivre nulle envie.

Donc l'éternelle nuit a ta clarté ravie,
Et je ne t'ai suivi parmi ces obscurs lieux !
Toi, qui m'as plus aimé que ta vie et tes yeux,
Toi, que j'ai plus aimé que mes yeux et ma vie.

Hélas, cher compagnon, que ne puis-je être encor
Le frère de Pollux, toi celui de Castor,
Puisque notre amitié fut plus que fraternelle ?

Reçois donques ces pleurs, pour gage de ma foi,
Et ces vers qui rendront, si je ne me deçoi,
De si rare initié la mémoire éternelle

Rate this poem:(0.00 / 0 votes)
178 Views

Joachim du Bellay

Joachim du Bellay was a French poet, critic, and a member of the Pléiade. more…

All Joachim du Bellay poems | Joachim du Bellay Books

FAVORITE (0 fans)

Translation

Find a translation for this poem in other languages:

Select another language:

Discuss this Joachim du Bellay poem with the community:

Citation

Use the citation below to add this poem to your bibliography:

Style:MLAChicagoAPA

"N'étant de mes ennuis la fortune assouvie by Joachim du Bellay" Poetry.net. STANDS4 LLC, 2019. Web. 16 Jan. 2019. <https://www.poetry.net/poem/21455>.

We need you!

Help us build the largest poetry community and poems collection on the web!

Thanks for your vote! We truly appreciate your support.