A Madame Marguerite, d'écrire en sa langue

Quiconque soit qui s'étudie
En leur langue imiter les vieux,
D'une entreprise trop hardie
II tente la voie des cieux,
Croyant en des ailes de cire,
Dont Phébus le peut déplumer
Et semble, à le voir, qu'il désire
Donner nouveaux noms à la mer.
Il y met de l'eau, ce me semble,
Et pareil peut être encore est
A celui qui du bois assemble
Pour le porter en la forêt.
Qui suivra la divine Muse
Qui tant sut Achille extoller ?
Où est celui qui tant s'abuse
De cuider encore voler ?
Où, par régions inconnues,
Le cygne Thébain, si souvent,
Dessous lui regarde les nues,
Porté sur les ailes du vent ?
Qui aura l'haleine assez forte,
Et l'estomac, pour entonner
Jusqu'au bout la buccine torte
Que le Mantouan fit sonner ?
Mais, où est celui qui se vante
De ce Calabrais approcher
Duquel jadis la main savante
Sut la lyre tant bien toucher ?
Princesse, je ne veux point suivre
D'une telle mer les dangers,
Aimant mieux entre les miens vivre
Que mourir chez les étrangers.
Mieux vaut que les siens on précède,
Le nom d'Achille poursuivant,
Que d'être ailleurs un Diomède
Voire un Thersite bien souvent.
Quel siècle éteindra ta mémoire,
O Boccace? Et quels durs hivers
Pourront jamais sécher la gloire,
Pétrarque, de tes lauriers verts ?
Qui verra la vôtre muette,
Dante, et Bembe à l'esprit hautain ?
Qui fera taire la musette
Du pasteur Néapolitain ?
Le Lot, le Loir, Touvre et Garonne,
A vos bords vous direz le nom
De ceux que la docte couronne
Éternise d'un haut renom.
Et moi, si la douce folie
Ne me déçoit, je te promets,
Loire, que ta lyre, abolie,
Si je vis, ne sera jamais.
Marguerite peut donner celle
Qui rendait les enfers contents,
Et qui bien souvent après elle
Tirait les chênes écoutants

Rate this poem:(0.00 / 0 votes)
French French
91 Views

Joachim du Bellay

Joachim du Bellay was a French poet, critic, and a member of the Pléiade. more…

All Joachim du Bellay poems | Joachim du Bellay Books

FAVORITE (0 fans)

Translation

Find a translation for this poem in other languages:

Select another language:

  • - Select -
  • Chinese - Simplified 简体中文 (Chinese - Simplified)
  • Chinese - Traditional 繁體中文 (Chinese - Traditional)
  • Spanish Español (Spanish)
  • Japanese 日本語 (Japanese)
  • Portuguese Português (Portuguese)
  • German Deutsch (German)
  • Arabic العربية (Arabic)
  • French Français (French)
  • Russian Русский (Russian)
  • Kannada ಕನ್ನಡ (Kannada)
  • Korean 한국어 (Korean)
  • Hebrew עברית (Hebrew)
  • Ukrainian Український (Ukrainian)
  • Urdu اردو (Urdu)
  • Hungarian Magyar (Hungarian)
  • Hindi मानक हिन्दी (Hindi)
  • Indonesian Indonesia (Indonesian)
  • Italian Italiano (Italian)
  • Tamil தமிழ் (Tamil)
  • Turkish Türkçe (Turkish)
  • Telugu తెలుగు (Telugu)
  • Thai ภาษาไทย (Thai)
  • Vietnamese Tiếng Việt (Vietnamese)
  • Czech Čeština (Czech)
  • Polish Polski (Polish)
  • Indonesian Bahasa Indonesia (Indonesian)
  • Romanian Românește (Romanian)
  • Dutch Nederlands (Dutch)
  • Greek Ελληνικά (Greek)
  • Latin Latinum (Latin)
  • Swedish Svenska (Swedish)
  • Danish Dansk (Danish)
  • Finnish Suomi (Finnish)
  • Persian فارسی (Persian)
  • Yiddish ייִדיש (Yiddish)
  • Armenian հայերեն (Armenian)
  • Norwegian Norsk (Norwegian)
  • English English (English)

Discuss this Joachim du Bellay poem with the community:

Citation

Use the citation below to add this poem to your bibliography:

Style:MLAChicagoAPA

"A Madame Marguerite, d'écrire en sa langue" Poetry.net. STANDS4 LLC, 2019. Web. 19 Jul 2019. <https://www.poetry.net/poem/21340/a-madame-marguerite,-d'écrire-en-sa-langue>.

We need you!

Help us build the largest poetry community and poems collection on the web!

Thanks for your vote! We truly appreciate your support.